LE DRONE, QUESACO ?

LE DRONE, UNE LONGUE HISTOIRE CONTEMPORAINE

Le drone est un aéronef télécommandé, c’est-à-dire sans pilote à bord. Il embarque une charge utile qui lui permet de réaliser des missions diverses et variées : surveillance, renseignement, cartographie, transport, vidéo…

La conceptualisation du drone remonte à la fin de la Première Guerre Mondiale.
 Alors qu’aux Etats-Unis se développe le projet Hewitt-Sperry automatic airplane, en France George Clémenceau, alors Président de la Commission sénatoriale de l’Armée, lance un projet « d’avions sans pilote » : le capitaine Max Boucher met au point un système de pilotage automatique qui fait voler sur plus de cent kilomètres un avion Voisin BN3. Ainsi, dans les années 1920, des avions sans pilote radio-commandés voient le jour, avec les tentatives de torpilles aériennes télécommandées par des ondes de télégraphie sans fil.

La dénomination de « drone » (terme désignant en anglais un « faux bourdon », mâle de l’abeille) a été octroyée dans les années 1930 au Royaume-Uni par comparaison ironique à des Queen Bee : leur vol bruyant, lent et paresseux ressemble plus à celui du bourdon à la vie éphémère qu’à celui d’une reine abeille. Cette dénomination a perduré et s’est institutionnalisée.

Le premier drone français stricto sensu a été conçu, réalisé et expérimenté dès 1923 à Etampes par l’ingénieur Maurice Percheron et le capitaine Max Boucher. Toutefois, l’armée française n’y voyait pas encore d’intérêt militaire.

Le grand essor des drones date de l’époque de la Guerre Froide. Le drone a été développé de façon confidentielle par les Etats-Unis comme un moyen de supériorité stratégique et de rupture de capacité devant permettre la surveillance et l’intervention militaire chez l’ennemi sans encourir les risques humains que l’opinion ne supportait plus. En outre, il est utilisé pour larguer des tracts dans le cadre de la guerre psychologique.

Les drones sont engagés pour la première fois pendant la guerre du Viet Nam, puis lors de la guerre du Kippour. Ils font désormais partie des moyens tactiques et stratégiques du champ de bataille. L’absence de pilote permet d’opérer à l’intérieur des lignes ennemies pour des missions à risque, sans crainte de pertes humaines.

Le secteur de la défense constitue un vivier historique pour le développement de technologies de rupture qui sont par la suite réutilisées dans le domaine civil. Tel fut le schéma de développement du drone. Depuis plus de vingt ans maintenant, les drones ont été développés et utilisés en France dans un cadre militaire, pour des missions de surveillance et de renseignement. Suivant l’exemple de nombreuses innovations majeures initialement militaires (le satellite, le moteur à réaction, le GPS, internet), la technologie des drones a été adaptée depuis quelques années au secteur civil.

LE DRONE, UN OUTIL D’AVENIR, RÉSOLUMENT PROFESSIONNEL

On peut raisonnablement affirmer que les drones vont connaître en ce début de XXIème siècle, le même développement exponentiel qu’a connu l’aviation au début du XXème siècle. Depuis quelques années, la technologie des drones a été adaptée du secteur militaire à celui civil. Suite à l’arrêté ministériel du 11 avril 2012, une réglementation en matière de drones s’ouvre à leur usage civil en France, répondant ainsi aux attentes nourries par les professionnels du secteur depuis 10 ans.

Ce marché émergent des drones civils nécessite logiquement une structuration sur des bases durables.
 C’est dans cette perspective que s’est constituée la Fédération Professionnelle du Drone civil. En tant qu’organe fédérateur permettant l’échange et la collaboration, la Fédération aide à poser les jalons et à façonner les assises de ce secteur florissant.

L’audiovisuel reste aujourd’hui le secteur qui regroupe le plus grand nombre de professionnels du drone. Les utilisations sont très variées de la photo/vidéo d’événements privés à la retransmission en direct d’événements plus importants comme le Tour de France ou la réalisation de reportage pour les grandes chaînes de télévision.

Ce marché est certainement le plus actif dans le secteur des drones. C’est aussi le marché ou la concurrence est la plus forte puisque les barrières à l’entrée restent  relativement faibles. De plus, les professionnels que la FPDC représente doivent faire face au développement d’un marché parallèle qui offre des prestations à bas coût mais non déclarée.

Réel potentiel de croissance pour le secteur professionnel du drone civil, les applications industriels sont nombreuses et extrêmement variées. La force de la France dans ces domaines est de maitriser l’ensemble de la chaîne des valeurs, du constructeur de drones à l’analyste des données en passant par les développeurs et bien entendu les opérateurs.

Au cœur de ces nouveaux métiers se trouve l’analyse des quantités importantes de données obtenues grâce aux drones (la fameuse Big Data). Le drone permet en effet de capter beaucoup de données qu’il serait dangereux ou trop couteux d’obtenir autrement. Ces données sont par la suite traitées puis utilisées pour aider à la prise de décisions.

L’agriculture est également un marché en forte expansion pour la filière drone. De la cartographie au traitement des cultures en passant par leur diagnostic, les drones se révèlent particulièrement efficaces dans l’agriculture de précision.